C’est l’année du bitcoin?

 

Voici maintenant un peu plus de 4 ans que le bitcoin (de l’anglais «coin»: pièce de monnaie et «bit»: unité d’information binaire) a fait son apparition sur internet comme nouveau moyen de payement.

Jusqu’à là, il n’a pratiquement été utilisé que pour des transactions en ligne, mais depuis quelque mois de plus en plus d’entreprises ou de services de l’économie “réelle” commencent à accepter le paiement en bitcoins. Est-ce que 2014 sera l’année de l’irruption du bitcoin dans les flux financiers de l’économie mondiale?

On pourrait le croire. Google s’y intéresse et semble sur le point de l’adopter. Ebay aussi, et Amazon, de son côté, a même créé son propre Amazon Coin.

Quels sont les avantages de cette monnaie? Le premier, c’est qu’elle n’est pas liée à l’autorité d’un État ou d’une banque. Le deuxième c’est qu’elle ne nécessite pas d’intermédiaires pour les transactions, ce rend possibles de tout petits versements. Et le troisième, c’est qu’elle est parfaite pour les transactions par smartphone (on scanne le code barres ou le Qr code et on paye).

Les inconvénients, qu’il faut connaître, sont encore nombreux. Les principaux étant la volatilité du bitcoin (le prix d’un bitcoin peut augmenter ou diminuer de façon imprévisible sur une courte période de temps en raison de sa jeune économie) et le fait que que les logiciels Bitcoin sont encore « en version bêta », donc qu’au niveau sécurité des progrès sont encore nécessaires.

La valeur du bitcoin dépend de l’offre et de la demande, ainsi que, intrinsèquement, de la sécurité de son système de payement. Actuellement, il y a environ 21’000’000 de bitcoins (BTC) en circulation et la valeur d’un bitcoin est d’environ CHF 500.- .

Inutile de dire qu’on se réjouit de découvrir l’impact du bitcoin sur les autres monnaies et sur les politiques monétaires.

©Cyberrezz

Be the first to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*