Robocop vous attend à la sortie du cinéma

 

Voilà une interaction entre les machines et la société qu’on pensait encore loin dans le futur.

Ceux qui ont vu, en 1987, la première version du film « Robocop« , se sont probablement dit que le « robot policier » existera pour de bon un jour ou l’autre. Il y a presque 30 ans d’ailleurs, des machines qui participaient « timidement » à la sécurité publique existaient déjà, suffit de citer les radars pour la circulation routière, les scanners dans les aéroports ou au caméras de vidéosurveillance.

Mais ce que la société américaine Knightscope s’apprête à tester dès 2015 dans quelques villes américaines ce n’est plus une simple machine rapporteuse. C’est lui. C’est le premier Robocop!

RTEmagicC_K5

Cette société américaine va en effet commencer sous peu les tests en conditions réelles d’un robot de surveillance autonome nommé K5. Doté de capteurs, microphones, caméras HD et même de systèmes de reconnaissance, il peut collecter et analyser des données, en se déplaçant dans un rayon de 5 km. jour et nuit, afin de donner l’alerte en cas de danger. Pratiquement, il saura identifier des personnes, analyser des bruits ambiants (cris, coup de feu, collisions), détecter des émanations chimiques et bactériologiques, etc. Pas armé, K5 est donc conçu seulement pour prévoir, ou reconnaître le crime. À ce stade.

Pour donner une idée de l’actualité de ce projet, on sait que Knightscope a passé un accord avec la FIFA pour que K5 soit testé (ainsi que d’autres robots militaires) durant la Coupe du monde de football qui se déroulera au Brésil cet été.

Exactement comme dans le film, on se retrouve donc à se poser la question: sommes-nous prêts à accepter ces robots-flics?

Comme dans le film, c’est une société privée qui louera les K5. Comment s’assurer alors qu’elle ne s’en serve pas pour faire de la surveillance abusive ou du profilage à but commercial ou autre? A qui va-t-elle louer cette machine ($1’000 par mois)? Dans un entretien avec le site Viva Technics, William Santana Li, fondateur et PDG de Knightscope, a expliqué que « toutes les informations recueillies qui servent à lancer une alerte seront rendues publiques en temps réel via une plateforme en ligne« . Et de manière plus générale, il estime que « les questions de confidentialité que soulève le K5 sont moins importantes que les bénéfices qu’il apporte en matière de sécurité. »

Abandonner un peu de sa vie privée pour être mieux protégé, voilà un discours qui n’est pas nouveau et que l’on entend de plus en plus fréquemment…

Les slogans de Knightscope pour finir: « Knightscope’s Mission – Cut Crime by 50%! » ; « The Birth of a New Hometown Hero » ; « Knightscope K5 Autonomous Data Machine, Predict and Prevent Crime in Your Community« .

Brrrrr!

 

Be the first to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*